magazine-paris-berlin.com
Image default
Sante et Beaute

La maroquinerie en liège : un art made in Portugal

Notez cet article

La maroquinerie en liège : un art made in Portugal

Le liège est une matière issue de l’écorce d’un arbre appelé chêne-liège. Celui-ci pousse majoritairement dans le Sud-Ouest de l’Europe mais particulièrement au Portugal. Ce pays a commencé à exploiter les forêts de chêne-liège, les suberaies, à partir du 18e siècle. Aujourd’hui, le liège est un produit qui favorise énormément le développement de l’économie du Portugal, devenu le premier producteur mondial.

Le Portugal terre sacrée du liège

Les paysages du Portugal sont remplis de chêne-liège. Au total, le pays compte 740 000 hectares de forêts, soit 33% de la surface mondiale, dédiés à la production de liège. Historiquement, celle-ci était orientée vers la fabrication de bouchon en liège destinés aux bouteilles de vin. Aujourd’hui, l’utilisation du liège s’est largement diversifiée et est devenue mondiale. Le Portugal est à l’origine de plus de 60% des exportations dans le monde. La région de l’Alentejo, dans le sud du Portugal, constitue le cœur du marché du liège. Ses arbres fournissent la moitié de la production annuelle mondiale de liège, soit près de 100 000 tonnes. C’est notamment grâce à sa position géographique privilégiée que le Portugal s’est hissé sur la première place mondiale des producteurs de liège. En effet, les forêts portugaises se situent au carrefour entre un climat océanique et un climat méditerranéen, ce qui leur apporte la chaleur mais également l’humidité nécessaire au bon développement des chênes-lièges.

Le liège, un artisanat ancestral

Les premiers chênes-lièges identifiés montrent que l’espèce existe depuis des millions d’années. L’utilisation de cette matière est, elle aussi, très ancienne car des objets en liège datant de plus de 3 000 ans avant J-C ont été retrouvés dans de nombreux pays comme en Chine et en Égypte. La production du liège est donc un processus artisanal utilisé depuis des générations. Malgré les évolutions technologiques, la récolte du liège est encore réalisée à la main car les forêts sont rarement accessibles aux véhicules. Lorsque le chêne-liège atteint l’âge de 25 ans, son écorce peut être récoltée pour la première fois. Il faudra ensuite attendre 9 ans pour la prochaine récolte. Une fois récolté, le liège est mis à sécher à l’air libre pour une durée de six mois. Ce séchage améliore la qualité du liège et lui fait perdre son humidité. Une fois séché, il est bouilli pendant environ une heure afin d’être désinfecté et assoupli. Le liège est ensuite compressé en blocs puis découpé en fines tranches qui peuvent ensuite être transformées en de nombreux accessoires. Le liège est de plus en plus utilisé dans la mode grâce à sa résistance, notamment pour la création de sac. Découvrez par exemple la marque Liège Évasion qui a décidé de proposer des produits à base de liège fabriqués au Portugal. Sa collection de sac à dos en liège est totalement représentative de ce travail précis et passionné.

Le liège, un matériau pour l’avenir

Mais alors pourquoi produire du liège ? Grâce à ses nombreuses propriétés, le liège est un matériau idéal pour diverses utilisations. Tout d’abord, le liège est une matière extrêmement résistante. Très peu sensible aux chocs, il est également totalement imperméable aux liquides et ignifuge (résistant au feu). C’est une matière écologique, à la fois recyclable et biodégradable, qui ne demande aucun produit chimique pour sa fabrication. De plus, le liège est une matière vegane qui n’utilise aucun produit animal car elle est créée à partir d’arbre. Mais rassurez-vous, aucun arbre n’est coupé pour la récolte du liège, au contraire cette récolte est bénéfique car elle permet à l’arbre de capturer une plus grande quantité de CO2. Ainsi, le liège est de plus en plus utilisé notamment en bioconstruction, pour l’isolation de maisons, mais également dans la mode, la fabrication d’articles de sports, d’instruments de musique et bien d’autres encore.