magazine-paris-berlin.com
Image default
Bon Plans Paris

Sunday Roast au Mordant

Le Mordant, je l’ai repéré pour la première fois en passant dans la rue de Chabrol, dans le 10ème. J’ai été scotchée par la vue sur la salle du restaurant, avec une hauteur de plafond spectaculaire et une déco qui vous transporte à Londres ou à New-York. Avant même d’y être allée, j’étais déjà sous le charme.

Je me suis donc promis d’y retourner, choses faite il y a déjà plusieurs semaines avec mon père et ma belle-mère de passage à Paris. Originalité ici le week-end : le dimanche ce n’est pas brunch mais Sunday Roast, ce qui veut dire “rôti du dimanche” à l’anglo-saxonne.

Paris, Londres, New-York

On s’installe donc dans cette immense salle, où tout semble avoir été conçu sur mesure, des banquettes moelleuses au plafond en bois géométrique. Un large mur de briques donne un charme très New-Yorkais à l’ensemble. Dans l’entrée, un grand sofa a été installé avec quelques livres pour permettre aux enfants de jouer, j’ai trouvé ça très chouette. Et sur le côté, à l’écart de la grande salle, une petite salle plus intime peut accueillir un groupe.

Sunday Roast

Ce jour-là pour le Sunday Roast, nous avons eu le choix entre une formule carnivore ou poisson. J’ai lu qu’il y avait parfois une option végétarienne, en tout cas ce jour-là elle n’était pas indiquée.

J’ai opté pour la carnivore, qui commence donc avec une assiette de joue de boeuf confite au vin rouge (on peut aussi opter pour des ribs), servi avec un oeuf poché et une huile de truffe sur pain brioché. Il y a également des pleurotes et pommes de terre grenaille. Un délice ! La viande confite est imbibée de sauce et délicatement croustillante sur les bords. Elle fond en bouche, c’est un régal. Le reste de l’assiette est également très réussi, le parfum subtil de la truffe dans l’huile est délicieux. La formule du Sunday Roast inclut une boisson, j’ai donc pu déguster ce plat avec un bon petit verre de vin naturel, excellent. Et ça, il est vrai, ça change du brunch.

Le meilleur cheesecake de Paris ?

Pour terminer le Sunday Roast, c’est l’assiette de trois desserts “mordantesques” qui est prévue, accompagnée au choix d’un café Coutume ou d’un thé Georges Cannon, deux belles maisons qui en disent long sur la qualité du sourcing. Une belle idée donc que ce café gourmand qui est peu courant dans les formules traditionnelles de brunch.

Nous avons attendu ces desserts très, très longtemps mais ils en valaient la peine. Ne vous fiez pas à la couleur un peu trop verte du gâteau à la pistache : il était excellent, tout comme le gâteau intense en chocolat. Mais c’est surtout le cheesecake dont je me souviens : l’un des meilleurs cheesecake jamais dégustés. À la fois très doux avec sa crème onctueuse en deux parties, et légèrement piquant grâce au poivre de Timut. Comme quoi, mettez du poivre dans un dessert et vous pourrez bien obtenir un chef d’oeuvre…

Ce Sunday Roast qui ressemble donc à un plat/dessert/boisson est à 27 euros. Pas donné mais tout est de qualité, et le décor vaut son pesant de cacahuète. Il y a un gros bémol toutefois : l’attente. Le service est très sympa mais il ne faut pas être pressé, on a vraiment attendu très très longtemps et c’est ce qui me freine à y retourner. Néanmoins pour regoûter à ce cheesecake mythique, je suis prête à prendre le risque (cela dit j’y retournerai plus en semaine car j’ai l’impression qu’il a été remplacé par un scone dans le Sunday Roast !). Et vous, que feriez-vous pour un cheesecake ? 

Le Mordant, 61 rue de Chabrol, Paris 10

 

A lire aussi

Pégase et Icare, le spectacle du cirque Alexis Gruss

administrateur

Le Relais de l’Entrecôte et sa sauce secrète

administrateur

Cache-cache médiéval

administrateur

Les jardins d’Anaïs, charmant fleuriste parisien

administrateur

Yummy and Guiltfree, un repas de gaufres

administrateur

Les meilleures pâtisseries de Paris : 20 adresses coups de coeur

administrateur