magazine-paris-berlin.com
Image default
Paris

La Colombie à Paris en cinq adresses

Pour découvrir les meilleures adresses colombiennes de la capitale, nous avons demandé à un expert : Pavel, 24 ans, géographe. Voilà sept ans qu’il a quitté Bogota pour les bancs de la Sorbonne. Ce qui lui manque de la Colombie ? La chaleur des contacts humains, les fêtes improvisées dans les rues et, surtout, les empanadas. Pour A Nous Paris, il raconte les cinq lieux qui lui rappellent son pays.

Mi Ranchito Paisa

© Randy Fath on Unsplash

C’est là que Pavel amène ses amis quand il veut leur faire découvrir la cuisine colombienne dans les règles de l’art. Assis à l’étroit dans ce petit restaurant aux nappes colorées, avec des tableaux kitsch aux murs et poutres en bois, on a l’impression de voyager dans une petite ferme en Amérique du Sud. Les empadas (chaussons farcis de viande ou de légumes) sont délicieux, mais le plat préféré de Pavel, c’est l’énorme assiette de bandeja paisa, avec des haricots rouges, du riz, de l’avocat, des arepas, des œufs. Vous l’aurez compris, ce n’est pas le genre de restaurant dont on ressort le ventre à moitié vide !

Mi Ranchito Paisa
35 rue de Montholon, 9e Métro CadetOuvert tous les jours, 12h – 14h30 et 19h – 23h en semaine, 12h – 23h30 samedi et dimanche

La Tabernita

©Jeff Smith on Unsplash

Dans cette petite échoppe boisée décorée façon western, on trouve à la carte les grands classiques de la cuisine colombienne : empanadas (dans leur version colombienne, ces petits chaussons de farine de maïs sont frits), banane plantain, haricots rouges, guacamole… Pavel s’y rend surtout pour boire des verres et picorer des arepas (galette de maïs fourrée à la viande et aux légumes) dans une ambiance festive, sur fond de musique salsa et de conversations enflammées en espagnol !  Si vous passez par là, goûtez donc l’aguardiente, liqueur anisée typiquement colombienne à siroter seule ou en cocktail.

La Tabernita
79 rue de Charonne, 11e
Ouvert tous les jours Le mardi, service uniquement le midiPlat 10 € – Menu 13,50 € – 15,50 € / Cocktail 8 €

La Pachanga

© Ardian Lumi on Unsplash

La meilleure boîte de salsa de Paris selon Pavel, où tout le monde discute (presque) comme en Amérique latine, et surtout où les gens sont vraiment là pour danser. Incapable d’enchaîner deux pas ? En début de soirée, vous pouvez suivre des cours de salsa, bachata ou kizomba, niveau débutant ou intermédiaire, avant l’arrivée du DJ et l’invasion de la piste de danse. Beaucoup de latinos se retrouvent ici pour danser jusqu’au bout de la nuit et se mélangent sans peine aux néophytes.

La Pachanga
8 rue Vandamme, 14e
Métro Montparnasse ou Gaîté
Mardi – Jeudi 19h – 2h, vendredi – samedi 19h – 5h
Entrée 10 – 14 €, donne accès à deux heures de cours et aux soirées dansantes

Le Panorama du cinéma colombien

© Erik Witsoe on Unsplash

On voit rarement des films colombiens sur nos écrans. Heureusement, depuis six ans, à l’automne, ce festival joue les séances de rattrapage. L’équipe du « Chien qui aboie » sélectionne les courts et longs métrages, les documentaires et les fictions projetés dans un cinéma d’art et d’essai parisien. Une programmation pointue, électrique, audacieuse… Et l’occasion pour le public parisien de découvrir les nouveaux enjeux auxquels fait face la jeunesse colombienne.  Cette année dans la sélection parallèle, la question de l’identité trans en Amérique du Sud est par exemple mise à l’honneur.

Panorama du cinéma colombien
Edition 2022 : du 11 au 16 octobre au cinéma Reflet Médicis, 3 rue Champollion, 5e
Pass intégral 50 € – carte 5 séances 25 € – séance 6,50 €
Programme sur le site du festival

Les alcôves des quais de Jussieu

©Jamie Street on Unsplash

Voilà un coin de Paris qui réchauffe le cœur de notre jeune colombien : c’est celui qui lui rappelle le plus son pays. Dans les alcôves des quais de Jussieu, juste à côté de l’Institut du Monde arabe, des associations passent de la musique sur de grosses enceintes et font danser au bord de l’eau des couples de tous âges. Ils ont le choix entre la salsa, la bachata et le tango, et le loisir de changer de style entre les alcôves. Assis sur les marches, les plus timides les observent en pic niquant et en buvant des bières. C’est gratuit et totalement spontané, comme les fêtes de rue dans les villages colombiens.

Quai Saint-Bernard, 5e Métro JussieuMusique tous les  jours au printemps, l’été et au début de l’automne, généralement entre 19h et 23h

A lire aussi

5 restaurants à Paris pour les amoureux du cinéma

Irene

Pourquoi le jambon-beurre est-il un classique parisien ?

Irene

The Beast : le barbecue texan à Paris

Irene

6 bars à découvrir dans le quartier de Bastille

Irene

Où aller boire un verre avant un concert ?

administrateur

Salles de concerts, lieux, événements 18e à Paris

Irene